Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2012

Quand faut-il évoquer une maladie de système en réanimation ?

antiml.jpg

Les maladies systémiques, collagénoses, connectivites

 

 

Les maladies systémiques, ou collagénoses, ou connectivites, constituent un ensemble de maladies liées à une atteinte immunologique et inflammatoire du tissu conjonctif et du collagène, et dont les caractéristiques sont de présenter des lésions diffuses dans de nombreux endroits du corps, et des signes biologiques inflammatoires.

Ces maladies font partie de la médecine interne, car elles touchent plusieurs organes à la fois et ne relèvent donc pas d'une spécialité unique (telles la cardiologie, la pneumologie, etc.).

Parmi les principales maladies sytémiques on distingue :

 

  • La polyarthrite rhumatoïde ;
  • Le lupus érythémateux disséminé (LED) ; com.univ.utils.LectureFichierJoint?CODE=1112367873265&...
  • Le syndrome oculo-urétro-synovial (O.U.S.) ;
  • Les spondylarthropathies (spondylarthrite ankylosante) ;
  • La maladie de Horton ;
  • La pseudo-polyarthrite rhizomélique ;
  • La sclérodermie ;
  • La périartérite noueuse ;
  • Le syndrome de Gougerot-Sjogren ;
  • Les dermatomyosite et polymyosite ;
  • La maladie de Behçet ;
  • La sarcoïdose ;
  • Les histiocytoses ;
  • La maladie de Still ;
  • La maladie périodique ;
  • Les maladies de surcharge et certaines maladies métaboliques ;
  • Les hépatopathies chroniques ;
  • Les maladies du tissu élastique ;
  • Les maladies congénitales ou acquises du complément sérique ;
  • Les syndromes paranéoplasiques et maladies de l'immunodéprimé.

 

 

Causes et facteurs de risque

On ne connaît pas l'origine de ces maladies. Toutefois, les altérations immunologiques qui sont détectées font évoquer une cause auto-immune. L'organisme élabore en permanences des anticorps chargés de repousser l'invasion des différents microbes qui l'attaquent.

On sait que la pénétration dans l'organisme d'une protéine étrangère, par exemple une toxine microbienne, entraîne la formation d'anticorps capables de se combiner avec la protéine intruse afin d'en favoriser l'élimination. La formation des anticorps est un puissant moyen de défense, une réaction normale de l'organisme, entrant dans la définition même de l'immunité. 

Il arrive dans certains cas que cette réaction de défense dépasse son but : les anticorps, en voulant neutraliser les envahisseurs, s'attaquent à l'organisme dont ils font partie et provoquent des lésions tissulaires diffuses, de nature inflammatoire.


DIAPORAMA , cliquez ici : 2006-Gayet.pdf

Les commentaires sont fermés.