Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2015

Sédation: la dexmédétomidine ( Dexdor * )

 

 

achbp_apo_vue_polaire.png

J. Mantz, Service d’Anesthésie et de Réanimation Chirurgicale et INSERM U 408

Hopital Bichat, Paris.

 

INTRODUCTION

La dexmédétomidine est un agoniste très sélectif (1 300 fois plus que la clonidine)

des récepteurs á2-adrénergiques qui possède des propriétés hypnotiques et analgésiques

. Sur le plan pharmacocinétique, sa distribution est rapide (tL/2á = 6 minutes),

sa clairance est de 39 L.h-1, sa demi-vie d’élimination de 2 heures, son volume de distribution

de 118 L. C’est un composé fortement lié aux protéines plasmatiques qui est

métabolisé par le foie en un composé inactif.

Sur le plan pharmacodynamique, cet agent ne possède d’affinité forte pour aucun

autre type de récepteur. Il exerce des effets variés sur de nombreux organes cibles : ses

principales actions sur le système nerveux central sont une hypnose et une analgésie.

Sur le plan cardiovasculaire, son action est biphasique et prédictible de ses propriétés

pharmacologiques : une élévation initiale transitoire de la pression artérielle peut être

observée. Elle est due à la stimulation de récepteurs á2musculaires. L’effet majeur est

néanmoins une baisse modérée de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque qui

sont la conséquence directe de ses propriétés sympatholytiques.

Ses effets rénaux comprennent une stimulation de la diurèse et de la natriurèse. Par

ailleurs, la dexmédétomidine induit une diminution de la salivation.

L’agent de sédation idéal en réanimation devrait prodiguer une sédation, une anxiolyse

et une analgésie adéquates, ne pas induire de dépression respiratoire ni d’instabilité

hémodynamique. Il devrait être facilement et rapidement titrable en fonction de l’effet

désiré et ne pas s’accumuler avec la prolongation de la perfusion. Aucun agent de sédation

ne remplit à lui seul ces critères à l’heure actuelle. La dexmédétomidine a été

développée jusqu’à la phase III comme un agent de sédation en réanimation. Les résultats

des principales études cliniques sur volontaires et chez des patients de réanimation

chirurgicale nécessitant une ventilation mécanique de moins de 24 heures peuvent être

résumés de la façon suivante.

 

1. SEDATION ET ANALGESIE

Dans l’étude multicentrique de phase III randomisée contre placebo [2], la dexmédétomidine

possède des propriétés sédatives et analgésiques. Administrée à raison d’une

dose de charge de 6 ìg.kg-1.h-1 pendant 10 minutes puis en perfusion continue à raison

de 0,1 à 0,7 ìg.kg-1.h-1 elle réduit de façon significative les besoins en hypnotiques

(midazolam et propofol) et en morphine pendant les 24 premières heures postopératoire

[2]. Le type de sédation obtenu est très particulier : les patients sont dans un état

calme, mais parfaitement réveillables, coopératifs et capables d’exprimer leurs besoins,

notamment en analgésiques. Cette propriété est difficile à démontrer en réanimation,

mais elle est bien documentée chez les volontaires sains par la réalisation du Critical

Flicker Fusion test. Dans ce test, les sujets sont capables d’effectuer une tâche discriminative

sophistiquée aussi bien que les sujets contrôles, alors qu’ils sont sous perfusion

du produit avec des taux plasmatiques comparables à ceux retrouvés chez les patients

de Phase III. Ce profil très particulier de sédation est différent de celui de tous les autres

agents de sédation disponibles à l’heure actuelle.

 

2 . EFFETS CARDIOVASCULAIRES

Les principales actions perceptibles en clinique sont une baisse de la pression artérielle

et de la fréquence cardiaque. Ces effets restent modérés en amplitude, et ils sont

dans l’immense majorité des cas faciles à corriger avec un simple remplissage et/ou des

agents vasoactifs. Cependant, les études de Phase III indiquent que des précautions

d’emploi doivent être observées : la dexmédetomidine ne doit pas être utilisée en cas

d’hypovolémie, de troubles conductifs et d’insuffisance cardiaque sévère.

 

3 . EFFETS RESPIRATOIRES

Le dexmédétomidine ne possède pas d’effets dépresseur respiratoire significatif. La

fréquence respiratoire, la SaO2 et les gaz du sang des patients de Phase III sous dexmédétomidine

étaient non différents de ceux des patients contrôles au moment de l’épreuve

de mise en ventilation spontanée précédant l’extubation, alors que la perfusion continue

de dexmédétomidine était poursuivie. Cette propriété très intéressante est unique

car les agents de sédation habituellement utilisés en réanimation sont de puissants

dépresseurs respiratoires.

 

CONCLUSION

La dexmédétomidine apparaît comme un agent potentiellement intéressant pour la

sédation des patients de réanimation chirurgicale subissant une ventilation mécanique

de moins de 24 h.

 

07:23 Publié dans Sédation | Lien permanent | Commentaires (0)