Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2016

Protocole Citrate Prismaflex

Verrouillage cathéter d' hémodialyse au citrate:

 

Citraflow 46,7%  18-seringues-pre-remplies-citraflow-46-7pc-sf.html

crrt-options-in-the-icu-30-728.jpg

protocole-citrate.pdf

eer_citrate_maj_2012.pdf

 

Formation Réa Martigues:

Cliquez sur les liens: 

Pocket guide CVVH.pdf

HCFR15816_1 - FleXitrate CVVH protocol_LOW.pdf

Cible Collin.pdf

 

 INDICATIONS 

1.Risques de saignement accru: 

Lésions intra crâniennes.

Interventions chirurgicales ou traumatisme récent.

Maladies hématologiques ( Leucémies.. )

Coagulopathies incontrôlables.

 

2.Thrombocytopénies induites par l' héparine ( TIH II.Dosage anticorps anti F4 plaquettaires positifs ou test de Goguel ).

 

3 Thromboses précoces du filtre. 

 

CONTRE INDICATIONS

1. Débits de prescriptions élevées: DS > à 200ml/mn et doses élevées d' épuration.

 

2.Défaillance hépatique sévère.

 

3.Patient en choc septique et acidose lactique.

 

4.Intoxications aux biguanides, au propofol*, trichloroéthylène..

 

5.Intolérance au citrate; signes, essentiellement neuro musculaires: paresthésies, engourdissement.Et plus graves: 

hypotension artérielle et arythmie.

 

* propofol.pdf

 

 

DISTRIBUTION du CALCIUM dans le plasma: 

 

Ionised Calcium: calcium ionisé ( 50% )

Bound Calcium: calcium lié au protéines, essentiellement, l' albumine ( 40% )

Complexed Calcium: calcium complexé ( 10% ) aux sels, phosphates de calcium ...

slide_15.jpg

 

 

 

citrate.jpg

 

 

 

Deux mesures simultanées: Patient et moniteur.

 

1. Efficacité anticoagulation et équilibre calcique patient.

Calcium ionisé patient: = à 1,1mmoles/l à 1,3 mmoles/l

Surveillance régulière ( 4 à 6h ) selon la perte calcique dans l’ effluent ( due aux débits ) permet l’ ajustement de la compensation calcique.

Calcium ionisé moniteur: = 0,25 à 0,35 moles/l

Reflète l’ efficacité de l’ anticoagulation au citrate ( 4 à 6h ),
Permet l’ ajustement de la dose citrate.

 

2. Insuffisance hépatique.

Ratio calcium total/calcium ionisé < à 2,5 mmoles/l

Permet de détecter une accumulation de citrate, si ratio > à 2,5mmoles/l.

 

3.Equilibre acido basique.

PH 7,35 à 7,45.

Même fréquence de dosage que pour le calcium.

Bicarbonate, chlore et phosphore.

Permet de comprendre le déséquilibre acido-basique par le calcul de STEWART.

 

4. Electrolytes

Magnesium ( le citrate chélate également le Mg++ et ce complexe est éliminé par hémofiltration ), phosphore.

Dosage, au minimum/24H. A compenser

 

 http://www.gambroapps.com/flexitrate/

 

 

PROTOCOLE MISE EN PLACE SET PRISMA / CITRATE


Données patient
Poids
Hématocrite

Choisir protocole "CVVH"

Type anticoagulation : "Ac Citrate/Ca"

Installation du Set : idem héparine

PPS : PRISMOCITRATE 18/0.

Dialysat et réinjection : PHOXILLIUM ( 0,125 : moins de pb de PH et d' électrolytes )

Bien lire les différentes fenêtres.

Apparait "clamper ligne anticoagulant"

Puis : "installer Seringue CaCl2" (5 ampoules CaCl2 10 % dans 50 cc)

Ne pas la clamper: elle sera purger automatiquement

Amorçage + test

Régler chambre de dégazage jusqu'à la ligne violette

Régler pompe à sang à 100 ml/h. Ne pas régler les autres débits.

Brancher Artère / Veine

Connecter ligne Calcium (VVC ou KT dialyse retour veineux)

Régler débit sang 150 ml Le débit de citrate se règle automatiquement après réglage de la pompe sang et dose citrate à 3 mmoles/l

Attendre 2 minutes la sanguinification du circuit.

Puis régler "débit réinjection" à 1500 ml/h Ré injection : Poche peson ré injection et 2° poche peson dialysat  (ligne verte)
La ré injection est 100%, en post dilution )

Ne pas régler "prélèvement liquide patient" avant 1/2h

Touche  " outil système ":  permet de programmer des alarmes bilan ou réglages d'un nouveau taux d'hématocrite


Interventions / Surveillance


45 minutes après le branchement, prélever Calcium ionisé  post filtre (circuit) et Calcium ionisé  patient


Résultats :

1. zone verte : pas d'adaptation. 
2. en dehors zone verte :
adapter la  "dose citrate " (+/- 0,5 mmol/L) et/ou la comp Ca (compensation Ca +/- 10 %)


Chaque modification doit automatiquement être contrôlée après un nouveau délai de 45 minutes sur les 2 sites


En principe il faut 2 à 3 modifications pour stabiliser la citratémie et la calcémie
Si l'état de stabilité n'est pas alors atteint, prévenir le médecin.


Etat de stabilité atteint permet une surveillance /4h puis /6 à 8h

Equilibrer la calcémie avant l' hémofiltration : sinon, difficile à équilibrer +++


 

 

 

 

 Au passage, sites intéressants: nephroblog.org  et  " Trucs et astuces des experts infirmiers en HDF "JRUR-2015-C.-Simonetti

 

01/03/2016

Stratégie diagnostique de l’insuffisance rénale aiguë en réanimation.

 

 

rein-vente-ebay-argent-chomeur.jpg

Diagnostic de l' IRA en réa.pdf

 

25/10/2012

Formation infirmières de réanimation ( PANACEA )

 

fab-costume-sexy-adulte-sexe-infirmiere-fille--lrb1614-_24943475947f30fcd63e0b.jpg

 

Insuffisance rénale aigüe et épuration extra-rénale :

Diapos IRA panacea.ppt  Format PDF : IRA panacea IDE 2 CHARTE-1.pdf

PANACEA IRA EER.ppt

 

Neuro réanimation :

Neuro-réanimation.ppt Format PDF : IRA NEURO REA IDE 2 CHARTE.pdf

PANABOOK NEURO.pdf

CONSENSUS SEDATION 2007.pdf

 

Hémodynamique :

Partie 1 :  PANABOOK Module cardio.docx ( document dénaturé , mille excuses )

Partie 2 :  PANABOX module cardio.docx

 

Ventilation :

panabook VA.pdf

 

Divers :

Recommandations SRLF LATA 2009.pdf

INFECTIONS NOSOCOMIALES EN REA.pdf

CONSENSUS MIEUX VIVRE LA REA 2009.pdf

Consensus prise en charge hemodynamique 2005.pdf

18/09/2012

Nouveaux anticoagulants oraux

 

Sang tache.jpg

Point-Info-Nouveaux AnticoagulantsOraux 250412.pdf

 


Conduite à tenir avant geste chirurgical :nouveauxanticoagulants.pdf

Autres liens : Point-Info-Nouveaux AnticoagulantsOraux 250412.pdf

13/02/2012

Quand faut-il évoquer une maladie de système en réanimation ?

antiml.jpg

Les maladies systémiques, collagénoses, connectivites

 

 

Les maladies systémiques, ou collagénoses, ou connectivites, constituent un ensemble de maladies liées à une atteinte immunologique et inflammatoire du tissu conjonctif et du collagène, et dont les caractéristiques sont de présenter des lésions diffuses dans de nombreux endroits du corps, et des signes biologiques inflammatoires.

Ces maladies font partie de la médecine interne, car elles touchent plusieurs organes à la fois et ne relèvent donc pas d'une spécialité unique (telles la cardiologie, la pneumologie, etc.).

Parmi les principales maladies sytémiques on distingue :

 

  • La polyarthrite rhumatoïde ;
  • Le lupus érythémateux disséminé (LED) ; com.univ.utils.LectureFichierJoint?CODE=1112367873265&...
  • Le syndrome oculo-urétro-synovial (O.U.S.) ;
  • Les spondylarthropathies (spondylarthrite ankylosante) ;
  • La maladie de Horton ;
  • La pseudo-polyarthrite rhizomélique ;
  • La sclérodermie ;
  • La périartérite noueuse ;
  • Le syndrome de Gougerot-Sjogren ;
  • Les dermatomyosite et polymyosite ;
  • La maladie de Behçet ;
  • La sarcoïdose ;
  • Les histiocytoses ;
  • La maladie de Still ;
  • La maladie périodique ;
  • Les maladies de surcharge et certaines maladies métaboliques ;
  • Les hépatopathies chroniques ;
  • Les maladies du tissu élastique ;
  • Les maladies congénitales ou acquises du complément sérique ;
  • Les syndromes paranéoplasiques et maladies de l'immunodéprimé.

 

 

Causes et facteurs de risque

On ne connaît pas l'origine de ces maladies. Toutefois, les altérations immunologiques qui sont détectées font évoquer une cause auto-immune. L'organisme élabore en permanences des anticorps chargés de repousser l'invasion des différents microbes qui l'attaquent.

On sait que la pénétration dans l'organisme d'une protéine étrangère, par exemple une toxine microbienne, entraîne la formation d'anticorps capables de se combiner avec la protéine intruse afin d'en favoriser l'élimination. La formation des anticorps est un puissant moyen de défense, une réaction normale de l'organisme, entrant dans la définition même de l'immunité. 

Il arrive dans certains cas que cette réaction de défense dépasse son but : les anticorps, en voulant neutraliser les envahisseurs, s'attaquent à l'organisme dont ils font partie et provoquent des lésions tissulaires diffuses, de nature inflammatoire.


DIAPORAMA , cliquez ici : 2006-Gayet.pdf