Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2011

Syndrome sérotoninergique ( notamment lors des IMV )

 

X1gq2NLh-istock-000005809739xsmall-s-.png

Il correspond à un excès de sérotonine au niveau des neurones cérébraux.
L'étiologie est médicamenteuse

Semiologie

Chez un patient sous antidépresseur ou lors d' une intoxication volontaire :

  • La forme bénigne se manifeste par des nausées, une agitation, un comportement agressif, des paresthésies
    L'évolution est favorable en quelques heures après l'arrêt de l'ISRS
    Cette forme peut passer inaperçue si le diagnostic n'est pas évoqué

  • La forme grave est un ensemble de manifestations psychiques, motrices et végétatives :

 

    • Agitation, confusion, hypomanie
    • Tremblements, myoclonies
    • Hypertonie diffuse avec hyperréflexie ostéotendineuse, puis rigidité musculaire avec ses conséquences (difficulté respiratoire, trismus gênant l'intubation, rhabdomyolyse...)
    • Mydriase (parfois aréactive), sueurs profuses, hyperthermie, frissons
    • Augmentation de la pression artérielle, tachycardie, tachypnée .


 

     Des critères diagnostiques ont été établis par Sternbach en 1991 :

  • Survenue de 3 symptômes parmi les suivants lors d'une mise en route ou de l'augmentation posologique d'un traitement sérotoninergique : troubles du comportement (confusion ou hypomanie), agitation, myoclonies, hyperréflexie, hypersudation, frissons, tremblements diarrhée, incoordination, fièvre
  • Elimination d'une autre étiologie en particulier infectieuse ou métabolique
  • Pas de traitement neuroleptique mis en route ou majoré avant l'apparition des symptômes

  • Diagnostic différentiel avec un syndrome malin des neuroleptiques, une intoxication aiguë par les IMAO non sélectifs ou la strychnine

 

 

 

Physiopathologie

L'objectif pharmacologique d'un traitement antidépresseur est d'augmenter le taux des monoamines (dopamine, sérotonine, noradrénaline) au niveau de la transmission synaptique.

C'est ce que réalisent :

  • Les IMAO en inhibant le catabolisme de ces amines
  • Les antidépresseurs imipraminiques en inhibant la recapture post synaptique de la dopamine, sérotonine et noradrénaline
  • Les inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine (ISRS) paroxétine ( DEROXAT) , fluvoxamine ( FLOXYFRAL ) , fluoxétine ( PROZAC ), citalopram ( SEROPRAM ) , sertraline ( ZOLOFT ) ...

L'excès de sérotonine peut apparaître :

  • Quelques heures à quelques jours après le début d'un traitement augmentant l'activité sérotoninergique
  • Quand un IMAO-A (toloxatone, moclobémide) est administré avec un ISRS, ce qui est contre indiqué
  • Lors d'une administration successive d'un IMAO-A et d'un ISRS, avec un intervalle libre trop court. L'intervalle libre recommandé est de 2 semaines sauf dans le sens fluoxétine IMAO-A, mais il existe une grande susceptibilité individuelle
  • Lors d'une intoxication aiguë, quelques heures après l'ingestion simultanée d'un imipraminique ou un IMAO-A et d'un ISRS

Traitement

  • Dans les cas sévères, ventilation assistée après intubation avec sédation (midazolam) voire curarisation si les benzodiazépines sont inefficaces pour traiter l'hypertonie
  • Habituellement, bonne évolution en 1 à 2 jours avec un traitement symptomatique précoce et bien conduit. Des décès ont été rapportés

11/11/2011

Psychiatrie et réanimation

9274843-lectrocardiogramme-montrant-le-mot-stress.jpg

Personnes concernées : les patients et leur famille , les soignants 

Cliquez ici : Psychiatrie_Sallanches.pdf



10/11/2011

Mieux vivre la réanimation

 

illumination-Photo-Michael-Somoroff.jpg

 

Conférences de consensus ANAES

 Introduction 

 

La réanimation est un lieu de vie 

    vie mise en jeu pour les patients en raison des maladies graves ou des accidents qui justifient leur admission

    vie sauvée grâce aux techniques qui permettent de suppléer aux fonctions défaillantes,

    vie qui peut y débuter pour les nouveaux-nés et les enfants victimes d’affections graves

    vie qui peut malheureusement s’y terminer, malgré les efforts de tous et les progrès techniques, en évitant toute obstination déraisonnable.

La réanimation est aussi une agression

    pour les patients qui doivent y subir l’application des techniques de suppléance lourdes et souvent invasives et parce que la technicité des soins, les impératifs de sécurité et de surveillance créent des conditions de vie très difficiles,

    pour les familles et les proches, soumis, parfois très brutalement, à l’angoisse de la disparition possible d’un être cher, confrontés à un milieu hospitalier et technique choquant dans lequel l’humanité peut paraître absente ou négligée,

    pour tous les personnels soignants confrontés aux difficultés techniques, dans un contexte de contraintes de fonctionnement, de ressources et de communication.

Les objectifs de cette 6ème conférence de consensus sont de proposer des recommandations permettant aux patients, à leurs familles et aux personnels soignants de mieux vivre la réanimation. Ces recommandations portent sur 5 thématiques répondant aux 5 questions posées au jury:

1.Quelles sont les barrières au « mieux vivre » en réanimation ? (ce qui sous entend pour le jury :  définir les obstacles au mieux vivre et leurs conséquences)

2.Comment améliorer l’environnement en réanimation ? (pour le jury : quelles améliorations pratiques, architecturales, organisationnelles et procédurales proposer ?)

3.Quels sont les soins qui permettent de « mieux vivre » la réanimation ? (pour le jury : déterminer les techniques, les procédures de soins et les organisations soignantes qui améliorent la vie des patients au cours de leur séjour et après leur sortie)

4.Quelles stratégies de communication en réanimation ? (pour le jury : proposer de meilleures procédures de communication entre patients, soignants et familles mais aussi au sein des équipes soignantes et des différents corps de métier intervenant dans la prise en charge des patients et des familles)

5.Comment personnaliser un processus décisionnel ?

La méthodologie d’élaboration des recommandations fait appel à la classification GRADE, maintenant presque universellement adoptée pour l’élaboration des recommandations (GRADE working group. Grading quality of evidence and strength of recommendations. BMJ 2004 ; 328 :1290). Cette classification permet à la fois de considérer la qualité de chaque référence bibliographique mais aussi d’en pondérer l’influence en fonction de la balance bénéfice risque. Dans le texte, les recommandations utilisant cette classification sont rédigées selon quatre formulations : « Il faut » ou « Il ne faut pas » pour les recommandations fortes. « Il faut probablement » ou «  il ne faut probablement pas » pour les recommandations que le jury estime importantes mais plus discutables.

Lorsqu’il s’agit de constats simples sans proposition d’actions, le jury a rédigé son texte en utilisant la formulation « Il est… » si le constat est soutenu par des preuves robustes ; et par la formulation « Il est possible » lorsque les études soutenant ce constat sont moins robustes.

Etant donné le thème général de la conférence et en accord avec le comité d’organisation et les conseillers scientifiques, le jury a également fait appel à des études sortant parfois du domaine strictement médical et qui utilisent des méthodologies d’évaluation de type phénoménologique ou sociologique. Ces références se prêtent assez mal à une classification fondée sur le niveau des preuves. Enfin dans un nombre de cas non négligeable, il n’existe pas d’étude de niveau de preuves suffisant parce que ces études ne pourraient être menées pour des raisons éthiques ou parce que leur évidence est telle qu’elles seraient parfaitement futiles. Ces items sont signalés dans le texte par le sigle RC, en tant que recommandations consensuelles élaborées par le jury sans référence scientifique majeure.

Beaucoup des données scientifiques de cette conférence ont utilisé des études pédiatriques ou réalisées en néonatalogie ; le jury a estimé que les similitudes entre les patients adultes et pédiatriques permettaient d’en avoir une lecture et une utilisation communes. Les spécificités pédiatriques ne sont précisées que lorsqu’elles diffèrent des problématiques adultes.

Le jury tient à proposer aux équipes soignantes un outil global réunissant en un faisceau cohérent ses différentes recommandations. La recherche des barrières au mieux vivre, l’amélioration de l’environnement, la délivrance de soins favorisant le mieux vivre, l’amélioration de la communication et la personnalisation du processus décisionnel en sont les étapes logiques. Le jury souhaite que cet outil soit utilisé par la communauté des réanimateurs dans le cadre d’une campagne d’information, relayée par les deux sociétés savantes et explicitée aux différentes tutelles. Ce défi peut être relevé. Malgré des contraintes très fortes et sans nuire en rien à la qualité et à la sécurité des soins, à partir d’une démarche scientifique, collective, consensuelle et argumentée, le jury croit possible de développer des comportements et des organisations soignantes qui permettent à chacun de mieux vivre la réanimation.

 

Question 1 : Quelles sont les barrières au « mieux vivre » en réanimation ?

 

La qualité de vie comprend de multiples dimensions : bien être et santé, aspect physique et mental, activités sociales. Elle peut être altérée par les limitations dues à la maladie, les problèmes émotionnels, la perte d’énergie et de vitalité, et la douleur. (Mieux vivre la réanimation consiste, pendant le séjour et dans ses suites, à préserver la qualité de vie, à diminuer les sources d’inconfort et de stress et à favoriser la reconnaissance du patient en tant que personne.

Le  service de réanimation est un système dont tous les éléments sont interdépendants et où le bien être des patients, des familles et des soignants sont intimement liés

Les barrières au mieux vivre sont présentes au cours du séjour en réanimation. Elles peuvent être responsables de manifestations physiques ou psychologiques ou de séquelles. Ces manifestations psychiques comprennent angoisse, dépression et état de stress post traumatique (ESPT) et altèrent la qualité de vie.

L’ESPT survient à distance de l’agression et comprend des symptômes d’intrusion (souvenirs répétitifs, envahissants), des symptômes d’évitement et d’émoussement des pensées et des sentiments et des symptômes neuro-végétatifs (accès de colère, hypervigilance et insomnie). Il peut atteindre le patient et/ou sa famille et les soignants. L'admission et la sortie de réanimation sont des périodes sources de stress pour le patient et son entourage

L'existence de différences culturelles entre les soignants, le patient et la famille peut être à l'origine de difficultés comportementales et relationnelles

 

Barrières au mieux vivre pour le patient

    Le bruit : les nuisances  sonores sont rapportées par les patients comme une des premières sources d’inconfort L’OMS recommande que le niveau sonore à l’hôpital soit inférieur à 45 dB le jour et 35 dB la nuit La source en est variée : activité des soignants, matériels (moniteur, ventilateur, appareils de suppléances rénales, pompes de perfusion et de nutrition entérale, pousse-seringues…). Les alarmes notamment produisent une pollution sonore importante (>80 dB) et sont responsables de troubles du sommeil. Elles induisent par ailleurs un stress continu chez les patients et le personnel en raison de leur caractère répétitif, brutal et imprévisible.

    La lumière : les modalités d'éclairage ont un impact sur le cycle nycthéméral du patient et des soignants. L'absence d’éclairage naturel a une influence sur les conditions de travail. Un quart des patients se plaignent de la qualité de l’éclairage

    Le manque de sommeil : il est perçu comme un inconfort par deux patients sur trois . Raccourci et altéré en qualité (disparition du sommeil paradoxal), le sommeil des patients est mal évalué par les soignants .Ses altérations sont induites par la maladie, les soins, les traitements, le bruit, la lumière, la douleur, la ventilation mécanique, l’inconfort du lit et l’anxiété .Le manque de sommeil a des conséquences psychiatriques et physiques et notamment induit des apnées chez le nourrisson

    La douleur : la moitié des patients de réanimation rapportent des douleurs . La douleur favorise la survenue du delirium et d'ESPT .Les causes en sont multiples: drains, sondes, aspirations endotrachéales, ponctions artérielles ou veineuses, mobilisations, douleurs post opératoires…

    Les autres sources d'inconfort relatées par le patient sont multiples: présence de tuyaux, soif, faim, froid, dyspnée... L'inconfort est majoré par le manque d'explications données au patient.

L'organisation des soins, la disponibilité du personnel et l'architecture peuvent être des obstacles à la prise en compte des besoins du patient, notamment du respect de son intimité

Vulnérables, dépendants et dans l’incapacité de communiquer, les patients ont le sentiment d'être isolés. Ces éléments rendent la détection des inconforts plus délicate et sont décrits comme stressants .

Les sources d'inconfort, la contention physique, les antécédents et la maladie du patient peuvent induire une pathologie délirante ou confusionnelle appelée delirium. Celui-ci survient chez un tiers des patients de réanimation et associe troubles de la conscience, inattention, désorganisation de la pensée et perturbations cognitives .La survenue d'un delirium est associée à une augmentation de la durée de séjour et de la morbi-mortalité .

La restriction de l'accès des proches est décrite comme un inconfort par le patient. C'est une source d'anxiété, de delirium et d'ESPT .

La survenue d’ESPT est favorisée par les antécédents anxieux ou dépressifs, les souvenirs du séjour en réanimation (faible niveau de souvenirs réels, présence de faux souvenirs, souvenirs ou expériences effrayantes ou psychotiques), un niveau élevé de sédation par benzodiazépines (BZD)

Barrières au mieux vivre pour les familles

Les proches d'un patient en réanimation sont souvent anxieux et déprimés, susceptibles d'avoir des difficultés de compréhension (Pochard 2005). La restriction des horaires de présence dans le service peut aggraver ces symptômes

La moitié des familles ont une mauvaise compréhension du diagnostic, du pronostic et du traitement. Certains facteurs sont prédictifs d'une mauvaise compréhension: facteurs liés au patient (âge < 50 ans, sans emploi, cancer ou détresse respiratoire, coma et pronostic favorable) ; facteurs liés à la famille (étrangers,  absence ou multiplicité des épouses, pas de personnel médical dans les proches) ; facteurs liés aux soignants (durée du premier entretien inférieure à 10 min, absence de livret d’accueil). Un défaut de communication ou de collaboration entre les proches et les soignants est source d'angoisse et de conflits .

L’ESPT atteint un tiers des familles. Les facteurs déterminants sont le ressenti d’information incomplète, l’implication dans la décision médicale, le décès du proche en réanimation, la participation à la décision de limitation des traitements .L’existence d’un ESPT dans la famille est associée à la présence d’un ESPT chez le patient .

Divers éléments seraient associés à la satisfaction des familles: origine française, absence de contradiction dans l’information donnée par les soignants, information délivrée par un junior, ratio patient/infirmier inférieur ou égal à 3, connaissance de la fonction de chaque soignant, adéquation temps d’information désiré/temps effectivement reçu

Le coma, la sédation, le delirium, l'agitation du patient peuvent induire une perte du lien avec les proches.

L’hospitalisation d’un patient en réanimation implique pour les proches un investissement de temps et des dépenses qui peuvent être importants et prolongés. Les aides disponibles pouvant être longues à obtenir, d’éventuelles difficultés financières doivent être recherchées et le recours à une assistante sociale doit être proposé très précocement.

Barrières au mieux vivre chez les soignants

L’épuisement professionnel (burn-out) est un état psychologique résultant d’une exposition prolongée à un travail stressant. En France, une enquête révèle que la moitié des médecins réanimateurs et un tiers des infirmier(e)s en sont atteints .L’épuisement est associé à une moins bonne qualité des soins, à une augmentation de l'absentéisme et à des difficultés de communication avec les familles .Les conditions de travail en réanimation (stress, jeune âge des soignants, conflits, charge de travail, responsabilités, prise en charge de patients en fin de vie ou en limitation de traitements actifs) sont des facteurs de risque communs au syndrome d’épuisement professionnel et à l’ESPT .

Le travail en équipe est une source de conflits .Les problèmes de communication entre soignants en sont un facteur aggravant Un excès de conflits témoigne d'un leadership insuffisant .

Les soins relatifs au "mieux vivre" sont insuffisamment valorisés, alourdissent la charge de travail et nécessitent une plus grande disponibilité des soignants. Ces barrières expliquent pourquoi ces soins sont trop souvent considérés comme non prioritaires. Ainsi, la démarche d'amélioration du mieux vivre en réanimation ne repose actuellement que sur une culture de service et une volonté collective.

 

Question2: Comment améliorer l' environnement ?

 

Bruit

Il faut réduire le niveau de bruit, toujours excessif en réanimation .

Pour ce faire :

    Il est possible de mesurer le niveau sonore ou les dépassements majeurs d’intensité.

    Moins de 10% des alarmes induisant une intervention ,il est logique de moduler l’intensité des alarmes, d’utiliser des répétiteurs d’alarme, d’adapter le niveau sonore et le type d’alarme reportée dans les autres chambres .

    Une politique systématique de réduction du bruit et une sensibilisation des soignants à l’impact délétère du bruit doivent être mises en oeuvre au sein des unités.

    Il est nécessaire de tenir compte du bruit émis pour le choix des appareils, de choisir des matériaux absorbants, de positionner les salles de réunion et de travail en tenant compte du bruit généré, et de tenir autant que faire se peut, les portes fermées .

 

Lumière

    Il faut favoriser l’alternance de lumière entre le jour et la nuit

    L’intensité de l’éclairage doit être modulable

    L’utilisation des écrans de veille pour les moniteurs et les ventilateurs doit être favorisée. 

    Les chambres et les locaux de travail doivent bénéficier de la lumière naturelle (législation)

 

Personnalisation de la chambre

    Il faut que le patient bénéficie d’une chambre particulière. Cela permet de maintenir l’intimité et la confidentialité, d’individualiser les conditions environnementales ; cela permet l’éventuelle participation des familles aux soins et favorise le rapprochement avec les familles, en particulier lors de la fin de vie .

    Il est possible que l’affichage de photographies du patient rappelant son état avant l’hospitalisation ait une influence positive sur les soignants et la qualité des soins.

    La mise à disposition d’espaces de rangement et d’exposition à la vue du patient et réservés à ses objets et documents diminue son isolement.

    L’heure et la date doivent être visibles par le patient .

 

Organisation des soins

    Il faut organiser les soins pour diminuer les sources d’inconfort. L’inconfort est nuisible.

    Les modalités organisationnelles et les procédures de soins doivent être adaptées à l’état clinique et autant que faire se peut, aux souhaits des patients.

    Les causes d’un éventuel manque de sommeil objectif ou ressenti par le patient doivent être recherchées et analysées .

    La contention physique peut être tolérée lorsque la sécurité du patient est mise en jeu. Elle doit être prescrite quotidiennement .Elle doit être minimale pour respecter la sécurité, le confort et la dignité du patient. La contention physique ou chimique ne doit pas se substituer aux mesures visant à tranquilliser et à apaiser le patient .

    Il faut favoriser une informatisation des services permettant d’enregistrer automatiquement les paramètres de surveillance et les tendances. Cela induit un gain de temps significatif  pour le personnel paramédical qui pourra être consacré aux soins .

 

La famille 

    Sous réserve des nécessités de soins et de la volonté du patient, il faut que la présence des proches soit rendue possible sans restriction d’horaires.

    La présence des enfants du patient doit être facilitée et encadrée .

    Un enfant hospitalisé a le droit d’avoir ses parents ou leur substitut auprès de lui jour et nuit quels que soient son âge ou son état (charte de l’enfant hospitalisé).

    La liberté d’accès induit une plus grande satisfaction des patients et des familles, n’induit pas d’augmentation du risque d’événement septique pour le patient, ni de diminution de la qualité globale des traitements .

    Il n’y a pas d’argument scientifique qui justifie les protections vestimentaires systématiques des proches.

    L’accès aux représentants du culte doit être favorisé.

 

Question 3 : Quels sont les soins qui permettent le « mieux vivre » en réanimation ?

Intimité

    Le respect de l’intimité est un souhait majeur des patients et des familles .Les soins sont une période à risque d’exposition du corps  .

    Les rideaux (ou tout moyen d’isolement visuel) et la mise en place de pancartes signalétiques peuvent être utilisés pour améliorer l’intimité .

 Kinésithérapie et réhabilitation précoce

    Une mobilisation dès les premiers jours est possible et sure, Thomsen 2008). La mobilisation précoce doit être associée à une stimulation des gestes de la vie quotidienne). Ces programmes, multidisciplinaires, accélèrent le retour à la marche, raccourcissent la durée de ventilation et la durée de séjour , Ils améliorent  en outre l’état fonctionnel à la sortie de l’hôpital et diminuent la durée des états confusionnels.

    Il faut mettre en place et appliquer un programme de réhabilitation précoce.

    L’organisation de la kinésithérapie doit suivre les recommandations SKR-SRLF.  

 

Massages

    Les massages (dos, pieds) permettent de diminuer transitoirement la douleur et l’anxiété, en particulier après chirurgie majeure. Ils peuvent également améliorer la qualité du sommeil .

    Il est possible d’utiliser les massages à visée anxiolytique et antalgique en réanimation.

 

Musique

    La musique peut être utilisée dans le but d’atténuer les bruits stressants ou comme technique de relaxation pour diminuer l’anxiété des patients. Plusieurs essais randomisés ont montré qu’écouter de la musique (le plus souvent classique) pendant 20-30 min s’accompagne d’une diminution des scores d’anxiété et d’agitation .

    Le bénéfice à plus long terme (ressenti du séjour, prévalence de l’ESTP) n’a pas été étudié.

    Il est possible de faire écouter de la musique aux patients afin de diminuer leur anxiété. Le patient doit pouvoir choisir le type de musique. Par défaut, une musique calme et relaxante devrait être préférée, au moyen d’écouteurs individuels et de façon discontinue.

 

Hydratation

    La soif est une des plaintes les plus fréquentes en réanimation. Ses causes sont multiples. Les opioïdes et la respiration bouche ouverte génèrent une soif intense. Une alimentation et des boissons précoces sont des facteurs déterminants du bien être post opératoire .

    Hors contre indication absolue, il faut probablement dépister et traiter la soif par l’administration de liquides clairs.

 

Traitement pharmacologique de l’anxiété et de la dépression

    L’anxiété et la dépression sont essentiellement prévenues et améliorées par les mesures non pharmacologiques de bien être.

    Les anxiolytiques les plus prescrits sont les BZD. Les fortes doses de BZD, particulièrement en perfusion continue, nuisent à la qualité ultérieure du sommeil (Hardin, 2009) et favorisent la survenue d’ESPT

 

    Il est possible de diminuer les doses de BZD utilisées pour la sédation sans majoration du risque d’anxiété au cours du séjour ni d’ESPT à distance .

    L’intérêt de l’administration d’antidépresseurs pour traiter les épisodes dépressifs du patient de réanimation n’ayant pas été évalué, il est prudent de prendre un avis spécialisé. L’interruption d’un traitement psychotrope au long cours expose au risque de syndrome de sevrage.

    Lorsqu’un traitement médicamenteux de l’anxiété est nécessaire, il est possible d’utiliser de faibles doses de BZD.

Prévention et traitement de l’agitation et de la douleur

La sédation et le traitement de la douleur ont fait l’objet d’une conférence de consensus récente et ne seront pas détaillés ici.

    Tous les gestes douloureux, notamment invasifs, doivent faire l’objet d’une analgésie, qu’elle soit locale, loco régionale ou systémique. Le choix du mode d’analgésie doit être laissé au patient si cela est possible. Cette analgésie est souvent négligée .

    Il faut dépister systématiquement la douleur et l’agitation et les traiter .Il existe souvent un lien entre agitation et douleur. Chez le patient conscient, la recherche d’une solution simple à un épisode douloureux ou d’agitation est impérative. Il n’existe aucun argument pour retarder le traitement pharmacologique de la douleur et/ou de l’agitation. L’utilisation conjointe de scores d’agitation et de douleur est utile pour guider la prescription. L’utilisation d’un score d’attitude (par exemple le Behaviour Pain Score) facilite l’évaluation de la douleur chez le patient confus. L’utilisation de scores de delirium (scores RASS, CAM-ICU) permet de diminuer les doses et la durée du traitement neuroleptique .

    Il faut probablement dépister conjointement douleur et agitation grâce à des scores spécifiques pour en assurer le traitement.

    La douleur liée aux aspirations trachéales est une des sources d’inconfort les plus fréquemment citées par les patients à l’issue de leur séjour en réanimation .Les aspirations trachéales systématiques à intervalle régulier n’offrent aucun avantage par rapport à des aspirations guidées par la clinique ou à la demande du patient .

    Il faut probablement appliquer une stratégie conduisant à ne pas pratiquer d’aspirations trachéales systématiques, ce qui permet de limiter le souvenir de ce soin .

 

Soins centrés sur la famille

    La présence accrue des familles est possible, souhaitable et bénéfique . La famille peut assurer certains soins tels que des massages, des soins oculaires, des repositionnements et des distractions . Une politique de service définissant le champ d’action des familles est utile afin de garantir la sécurité du patient et de limiter les risques de tension avec l’équipe soignante .

    Il faut probablement impliquer les familles dans certains soins, en particulier en pédiatrie. Cela suppose une adhésion forte de l’équipe soignante.

    En pédiatrie :

                       le système NIDCAP (Newborn Individualized Developmental Care and Assessment Program) est un programme de soins intégrant les stratégies environnementales et comportementales centrées sur le patient et sa famille, individualisées par une analyse comportementale. Il diminue la durée d'hospitalisation en réanimation et améliore la prise de poids. L’intégration des parents aux soins soutient l’unité familiale, les parents devenant partenaires de soins.

                      La mise en place d'un programme favorisant le soutien comportemental des parents (programme COPE (creating opportunities for parent empowerment)) permet de diminuer le niveau de stress des mères et réduit le risque de dépression ultérieur des enfants hospitalisés .

 

Question 4: quelles stratégies de communication?

 

La communication est un processus de mise en commun de l’information et des connaissances entre le patient, la famille et l’équipe soignante. Son importance dans la qualité des relations avec la famille nécessite une grande disponibilité qui devrait être prise en compte dans la tarification à l’activité. Pour être optimale, elle demande une pratique rigoureuse et surtout une formation spécifique de tous ses acteurs.

Communication soignants-patient

    La communication avec le patient doit répondre aux critères de la Charte de la personne hospitalisée.

    Il est important de dissocier la situation où le patient est apte à comprendre l’information et celle où il est inapte (se référer alors à la communication famille). Les moyens de communication sont à adapter en fonction de ces deux états.

    L’équipe soignante garde en permanence un contact verbal avec le patient en expliquant et en l’avertissant des soins prodigués, y compris chez le patient sédaté.

    Elle évite les maladresses comme « Je vais vous aspirer » et préfère « Je vais aspirer vos secrétions » .

    Elle se concentre sur les soins et évite les conversations personnelles entre les soignants  .

    Elle personnalise la relation en évitant le « on » et le tutoiement, hors les spécificités culturelles ou linguistiques.

    Il est nécessaire que la communication avec le patient se fasse dans la découverte de sa personnalité (profession, passions, musique, lecture, sport…) .

    Des outils de communication adaptés doivent être mis à disposition du patient: lecture labiale , questions « oui-non » en entonnoir, pictogrammes , alphabet , assistance à la parole en cas de trachéotomie .

    Il est possible de mettre en place un journal de bord pour le patient et sa famille . C’est un support écrit dans lequel le personnel soignant et la famille colligent les évènements du séjour. Le journal est remis au patient en fin de séjour ou à sa famille en cas de décès. Cette démarche pourrait prévenir la survenue de troubles dépressifs et anxieux .

 

Communication soignants-famille

    Des entretiens structurés doivent être organisés le plus précocement possible et régulièrement après l’admission du patient .

    Au cours de ces entretiens structurés il faut informer les familles dans un lieu d’accueil dédié .

    L’information doit y être donnée par le médecin en présence de l’infirmièr(e) . L’entretien doit avoir une durée suffisante pour faciliter l’expression de la famille, lui permettre de faire face à l’émotion, et de poser des questions .

    Lors du premier entretien, il faut remettre à la famille un livret d’accueil qui présente l’équipe soignante et l’organisation du service . Les coordonnées précises de la famille doivent être vérifiées à cette occasion.

    Il faut identifier la personne de confiance ou référente et connaître des souhaits du patient et des directives anticipées. Les informations peuvent être également recueillies auprès de médecin traitant. 

    Au cours du séjour, il faut que l’information soit apportée par une équipe identifiée et structurée où les fonctions de chacun sont bien individualisées .

    L’information doit être claire, loyale, accessible et intelligible. Elle utilise des mots simples en abordant le diagnostic présumé, les traitements envisagés, leurs effets, et le pronostic.

    L’information donnée et son ressenti par la famille doivent être transcrits dans le dossier du patient.

    Il est important d’avertir les proches lors d’événements inhabituels (aggravation, déplacement, procédures à risque, intervention chirurgicale) ainsi que de la sortie.

    Pour les familles d’origine étrangère ne maîtrisant pas le français, il faut rechercher la présence d’un interprète au mieux du milieu médical avec lequel aura été préparé le contenu de l’entretien. Il faut prévoir une durée d’entretien plus longue .

    L’utilisation d’un site internet sécurisé a pu améliorer l’information entre les soignants et la famille en lui donnant un moyen d’accéder à tout moment aux informations médicales et aux données organisationnelles de l’unité de réanimation.

    Les informations données par téléphone doivent respecter les règles de la confidentialité (charte).

    L’annonce d’une mauvaise nouvelle doit faire l’objet d’un entretien structuré 

    Il faut que le médecin soit disponible  pour permettre un temps d’information adéquat.

    L’information doit être complète et réaliste sans faux espoirs et délivrée à un rythme adapté aux capacités de compréhension de l’interlocuteur. Elle doit éviter les éléments contradictoires dans l’expression de l’information. L’attitude physique doit être adaptée à la situation avec respect de son interlocuteur.

    Lorsqu’il existe un déni de réalité, l’intervention d’un psychologue est souhaitable .

    Il est important de tenir compte des croyances du patient et de ses proches et de s’entourer d’une aide spirituelle en cas de besoin .

    Pour la fin de vie et les limitations thérapeutiques il faut respecter les recommandations sur la limitation des traitements et la prise en charge de la fin de vie .

Communication entre soignants

    Le dossier de soins est l’outil de communication des informations entre les soignants (Législation). Il est constitué des transmissions ciblées rédigées par les infirmières dont l’objectif est de décrire l’évolution du patient et d’en obtenir une traçabilité.

    Il est possible d’établir une fiche patient de liaison journalière afin d’améliorer la compréhension des objectifs thérapeutiques par l’ensemble de l’équipe soignante rendant plus aisée la communication avec les familles .

    L’utilisation d’un site internet pourrait permettre une meilleure coordination entre les infirmières et les médecins ou au sein de l’équipe soignante  mais expose au risque de rupture de confidentialité.

    Il faut repérer le syndrome d’épuisement professionnel qui concerne 50% des médecins et 30% des infirmières . L’un des facteurs favorisants est le conflit entre les personnes lié à l’absence de dialogue.

    La prévention du syndrome d’épuisement professionnel repose sur le respect mutuel, l’écoute entre les catégories professionnelles et sur la mise en commun des informations .

    Il peut être utile de mettre en place des groupes de parole qui réunissent l’ensemble des catégories de soignants. Chacun peut s’y exprimer librement à propos d’évènements jugés difficile à vivre au sein de l’équipe .

    Il faut organiser des réunions de service pendant lesquelles sont discutés les projets de service, l’application des directives et le devenir des patients.

 

Communication famille-patient

    Une aide à la communication avec le patient doit être proposée aux familles.

    En l’absence de communication verbale, les soignants peuvent inciter les familles à communiquer par le toucher.

    Chez le nourrisson, le « peau à peau » améliore le lien et la qualité de l’allaitement .

    Il est possible de proposer aux proches de participer aux soins du patient et/ou de réaliser des soins de bien être. Les soins envisageables sont les soins oculaires, les soins de bouche, l’hydratation des lèvres voire la participation à la toilette. Il est alors nécessaire de former les familles et d’obtenir l’accord du patient .

 

Communication et sortie du patient

    La sortie du patient est un moment difficile à vivre pour le patient et ses proches et peut induire un sentiment d’abandon et d’insécurité . La remise d'un livret expliquant le fonctionnement du service d’accueil peut améliorer le vécu des proches .

 

Question 5 : Comment personnaliser un processus décisionnel ?

 

Le processus décisionnel en réanimation

Les différents champs d’application d’un processus décisionnel en réanimation sont: les procédures diagnostiques, les traitements, la recherche clinique, les limitations  thérapeutiques, la fin de vie et le don d’organes.

Les différentes phases du  séjour du patient (admission - phase aiguë - phase de récupération - sortie) entraînent une succession de processus décisionnels. Les décisions ne sont pas figées mais sont actualisées selon l’évolution, les contextes et les enjeux. Le caractère singulier de chaque processus décisionnel est lié à sa composante pluridimensionnelle.

Dans tous les cas, les décisions sont prises dans l’intérêt du patient et prennent en compte sa volonté et ses préférences, conformément aux principes éthiques et déontologiques (code de santé publique).

Une stratégie de communication, d’information et d’écoute favorisant un dialogue est un des pré-requis  pour l’engagement d’un processus décisionnel et sa personnalisation.

Approche personnalisée d’un processus décisionnel en réanimation : les différents acteurs 

Le patient :

    La compétence du patient est une composante incontournable d’un processus décisionnel. L’aptitude du patient à recevoir et à comprendre les informations, à raisonner avec discernement pour déterminer et formuler ses choix définit sa compétence. Il n’y a pas de score d’évaluation de la compétence validé en réanimation.

    Le patient de réanimation est rarement compétent compte tenu de la maladie sous jacente, de ses complications évolutives, des défaillances vitales, des thérapeutiques spécifiques et du retentissement psychologique de son séjour. Le degré de compétence est susceptible de varier au cours du séjour et doit être apprécié régulièrement.

    Il convient de tenir compte de la diversité socio-culturelle car elle influe sur les choix du patient .

    Les dispositions réglementaires régissant les directives anticipées et le rôle de la personne de confiance doivent être respectées en réanimation. Ces directives et le dialogue avec la personne de confiance permettent de faire valoir les préférences du patient considéré comme incompétent  (loi N°2005 – 370 ; 22 avril 2005).

    Il revient au détenteur de l’autorité parentale ou au tuteur de consentir à tout traitement. L’autorité parentale ou l’autorité du tuteur n’excluent pas une information, une écoute et une participation de l’enfant ou du majeur sous tutelle à la prise de décision (Loi  N°2009 – 879 ; art L 1111-2). Il faut adapter le processus au degré de maturité de l’enfant ou à la faculté de discernement de l’incapable majeur. En cas de conflit, des dérogations à ces principes sont prévues par la loi (charte du patient hospitalisé).

Les proches :

    Amis ou parents, support affectif des patients compétents, c’est parmi eux que la personne référente sera identifiée pour le patient incompétent en l’absence de personne de confiance désignée.

    La qualité et l’aptitude du proche à représenter le patient doivent être vérifiées par des moyens simples: réalité des liens, contacts fréquents, proximité socio-culturelle, etc…

    L’estimation par les proches de la qualité de vie antérieure du patient et de celle éventuellement acceptée dans l’avenir diverge souvent de l’estimation faite par le patient lui même .

    Dans la mesure où les proches peuvent présenter des manifestations d’anxiété et de dépression, leur « compétence » doit être appréciée comme celle du patient.

    Il faut accompagner les proches pour faciliter leur participation au processus décisionnel. La remise d’un support d’information lors de l’admission facilite leur compréhension . Il faut respecter aussi un éventuel désir de ne pas participer aux décisions .

L’équipe multi professionnelle de réanimation:

    Le processus décisionnel implique non seulement le médecin référent mais l'équipe médicale et soignante dans une démarche collégiale.

Le médecin traitant ou le spécialiste référent:

    Il peut avoir une bonne connaissance des préférences du patient ; il peut être la personne de confiance. Il prend soin du patient à sa sortie de réanimation. Sa participation à un processus décisionnel peut être nécessaire.

Les autres acteurs :

    Les spécialistes consultants ou d’autres partenaires (psychologue - représentants du culte - acteurs sociaux - bénévoles) peuvent être sollicités dans le cadre des démarches collégiales quand le processus décisionnel échoue à définir un projet consensuel.

 

Les modèles de processus décisionnels  

    Le modèle paternaliste de processus décisionnel où le praticien est décideur avec un seul devoir d'information s’est effacé au profit d'un processus partagé entre l'équipe médicale et le patient ou ses représentants. Ce processus doit aboutir à une décision consensuelle sous la responsabilité du médecin.

    Il est possible que dans une prise en charge imposant des processus successifs, la démarche partagée justifie un accompagnement des proches leur permettant pas à pas de faciliter leur participation au processus et d’améliorer leur compétence .

 

Les étapes de la personnalisation d’un processus décisionnel en réanimation

En l’absence de directives anticipées et d’information, l’organisation du processus décisionnel ne doit pas retarder la mise en route d’une suppléance de fonction vitale.

La compétence du patient doit être appréciée. Les préférences du patient pour les traitements et les soins doivent être recherchées . Le contexte socio culturel du patient doit être recherché.

Le patient compétent est informé des traitements et soins possibles. Sa décision libre volontaire et éclairée doit être respectée. Il doit être averti des modalités évolutives prévisibles pour qu'il puisse anticiper et formuler ses préférences.

Si le patient est incompétent, une procédure de concertation doit être engagée entre l'équipe multi professionnelle et la personne de confiance, l’autorité parentale, la personne référente ou les proches, en tenant compte des éventuelles directives anticipées. Leur avis n’a alors qu’une valeur consultative. La personne de confiance ou en son absence la personne référente doit être informée des modalités évolutives prévisibles.

Si le patient est mineur, la procédure de concertation doit être engagée avec l’autorité parentale. Dès lors que le mineur est en mesure d’exprimer sa volonté, son consentement doit être recherché, même s’il revient aux détenteurs de l’autorité parentale de consentir à tout traitement (charte du patient hospitalisé).

La participation d'un proche à un processus décisionnel augmente le risque de stress post traumatique . Les facteurs prédictifs de stress post traumatique chez les patients ou les proches doivent être recherchés et leur prise en charge favorisée au décours du séjour. Une stratégie ciblée proactive limite l’ESPT .

L’incompétence du patient peut être partielle et son aptitude à parvenir à une décision partagée peut être conservée pour certains domaines. Il est souhaitable de développer et de maintenir un « espace d'autonomie » pour des traitements et explorations non ou peu invasifs, des soins de confort ou des soins courants, par exemple :choix du moment d’un soin, préférences dans l’installation, en pédiatrie attente des parents pour la réalisation d’une toilette.